• Une colorimétrie bien équilibrée

                         

                           Voici un autre souci important du photographe, la correction de la colorimétrie fait partie du travail de base du laboratoire.

     

     

                          Le contrôle de la couleur doit faire partie des premières opérations pratiquées d'emblée sur le cliché à travailler.Même en utilisant une balance du blanc automatique lors de la prise de vue, il est courant que la colorimétrie ne soit pas satifaisante.Dans cette correction, l'objectif est de retrouver les couleurs d'origine pour que la photo s'approche le plus possible de la réalité.Il va sans dire que l'on peut également doser la colorimétrie, de façon à ramener les teintes de l'image en fonction des critères de couleur, que s'impose chaque photographe.

     

                          La palette d'outils proposée pour ces corrections est certainement une des plus complètes, disponibles sur les logiciels de retouche.Outre, une correction classique de la balance, plusieurs réglages permettent de moduler parfaitement les nuances.

     

     

     

                            *  Les réglages multiples  :

     

     

                           Il existe trois grandes famille de réglages chargés d'intervenir sur la colorimétrie :

     

                          -  La récupération de la balance permet de supprimer une éventuelle dominante de couleur.

                          -  Le réglage de la température sert à renforcer ou diminuer la chaleur des teintes.

                    

                          -  Enfin, la teinte/saturation/luminance est le réglage le plus fin, puisqu'il permet d'intervenir couleur par couleur, avec une précision de nuance très élevée.

     

                          Ces trois réglages sont listés dans le menu réglages ou images des logiciels de retouche.Leur répartition est un peu différente sur les logiciels de traitement d'image, dans les réglages de base et dans une zone spécifique TSL.

     

     

     

                          *  La bonne température  :

     

     

                         La température de couleur peut se combiner avec la balance des blancs.Le logiciel Lightroom, comme les autres, propose, dans une liste, des réglages automatiques ou prédéfinis suivant la qualité de lumière ambiante de l'image : lumière naturelle, flash, nuageux, tungstène, etc...

     

                        Le réglage manuel beaucoup plus fin, agit sur la température des couleurs en les réchauffant ou en les refroidissant, à l'aide du jaune et du bleu.Il est complété par un curseur de coloris, chargé de travailler le vert et le magenta.Pour faciliter la tâche, une première stabilisation peut être faite à partir d'un paramètre prédéfini et peaufiné à l'aide des réglages manuels.

     

     

     

                          *  La balance à pipette :

     

     

                        Des réglages de couleur, celui de la balance des blancs est le plus facile à manier.Il agit sur l'ensemble de l'image à l'aide d'une référence de blanc.Sur Lightroom,une fois la pipette dédiée posée sur l'image, s'affiche une loupe, ce qui permet de bien contrôler la partie qui doit être blanche.

     

                       Un clic sur cette zone et le logiciel calcule la balance des couleurs à partir de ce blanc de référence.Ce réglage est particulièrement intéressant  pour supprimer des dominantes et il est utile pour rétablir la colorimétrie moyenne de l'image, à condition, bien sûr, que sur la photo soit présente une zone doit être normalement d'un blanc franc.

     

     

     

                      *  Des couleurs subtiles :

     

     

                      Le réglage TSL offre la possibilité de travailler très finement toutes les couleurs de base de l'image et cela de façon individuelle.Ces réglages sont effectuées sur la teinte elle-même, soit pour retrouver celle d'origine, soit pour la modifier.Ils permettent d'agir également sur la saturation et sur la luminance.

     

                     Ce système de réglages manuels est particulièrement intéressant sur Lightroom, par exemple, car ses différentes fonctions sont bien délimitées et permettent ainsi de travailler la polychromie, comme la monochromie coloré ou noir et blanc, avec beaucoup de précision.Comme tous les réglages manuels, ceux-ci demandent une certaine habitude.

     

     

     

     

                         Sur ce, à vos appareils et bonnes photos!

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :